Penser

Sortie culturelle #4

Clermont-Ferrand, la ville de province auvergnate accueille chaque année le plus grand festival international du court métrage ! Chaque année il y a davantage d’entrées, et cet événement a été reconnu et primé pour sa qualité toujours présente depuis la création du festival en 1982 ! C’est un événement à ne pas manquer pour les amoureux du cinéma et de l’animation. On retrouve une programmation des plus riches mêlant compétitions nationales et internationales, productions d’écoles ou encore de films musicaux… rencontres de producteurs ou d’illustrateurs et j’en passe ! Le festival dure 9 jours et réunit amateurs, professionnels et simples curieux autour de créations cinématographiques.

Pour certains ce sera le marathon, pour d’autres comme moi ce ne sera que quelques séances au hasard dans les salles de projection de la ville. Cette année il y avait au programme une catégorie canadienne mise à l’honneur mais je n’ai malheureusement pas pu la découvrir. En cette session 2019 j’ai pu apprécier une séance de courts nationaux (FR5), une séance de courts expérimentaux (LABO5) et une séance internationale (INTER10).

Dans la sélection FR5 j’ai particulièrement retenu le court métrage « Nefta Football Club » où deux enfants à la frontière de la Tunisie et de l’Algérie découvrent sur leur chemin un âne égaré qui n’avait d’autres dans ses panières que des sacs bourrés de cocaïne et qui devait initialement passer la frontière pour être récupéré par des narco-trafiquants. Le plus âgé des enfants repère tout de suite l’affaire du siècle, tandis que le plus jeune pense naïvement que c’est de la lessive, étant donné le drôle de goût de cette poudre ! Retournant dans leur quartier, le plus âgé essaie de trouver acheteurs pour cette marchandise, mais le second trouvera dans son dos une meilleure utilisation de ces sacs sans intérêts…. ce qui ne plaira pas à son aîné !

Fous rires et tendresse avec ce retour à l’enfance insouciante, qui a souvent plus de mérite que les défauts exacerbés des adultes…

Dans la sélection LABO5 deux ocurts m’ont frappé : « The flood is coming » et « Wild Will » qui tournent tous les deux autour du bruit, et de la folie. Dans ce dernier on retrouvait comme personnage principal, William, un homme retrouvé dans la rue par les autorités de Police. On ne sait rien sur lui, mais une intimité malaisante se crée avec le spectateur par le plan rapproché sur son visage, et ses yeux tout le long du film. On découvre que cet homme mutique réagit sauvagement et soudainement à ce qu’il perçoit comme agressif : bruits intempestifs et forces de l’ordre… ces derniers feront les frais d’une animalité inattendue. Dans les LABO, on aime particulièrement utiliser une esthétique vieillie : anciennes caméras, grain, effets sonores vintage, noir et blanc… Il faut quand même s’accrocher sur certains courts qui sont toujours plus abstraits, et moins narratifs que des films plus consensuels.

Enfin la dernière sélection était une INTER15. Dans l’ensemble je n’ai pas eu de coups de cœur ou d’accroche particulière avec les films proposés. Si, je peux noter un court mettant en lumière la jeunesse homosexuelle urbaine avec les difficultés du quotidien mais aussi l’amour de la vie. Dans « Haus » on met en avant une danse qui revient au goût du jour, le « Voguing » inspiré par les shootings de mode et de la célèbre chanson de Madonna. Aujourd’hui c’est une danse prisée par la communauté LGBT et utilisée notamment lors de concours de danse.

Cette année je suis heureuse d’avoir pu voir davantage de sélections différentes que l’an passé, et ce, malgré une semaine très chargée au niveau professionnel. Mais ce que je sais c’est que l’an prochain j’aimerais essayer les séances POLAR dont j’entends beaucoup parler lors du festival, mais j’ai également appris qu’il y avait un festival de musique en parrallèle à celui du court-métrage mais j’ai malheureusement oublié son nom…

Si vous êtes de la région et connaissez le festival du court et ce qui l’entoure, n’hésitez pas à partager vos expériences en commentaires, je les lirais avec joie ! Et à la semaine prochaine pour un nouvel article sur Eudoxie-blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.