Penser

Sortie culturelle #2

Masterclass Insolente Veggie & Ludovic Sueur

 

Dans le milieu végéta*ien, le nom d’Insolente Veggie n’est pas inconnu, et nombreuses sont les personnes ayant déjà lu quelques unes de ses planches. Caractérisés par un style minimaliste et un humour corrosif, ses dessins engagés pour la cause animale circulent depuis 2009 sur la toile notamment par le biais de son blog depuis muté en site internet : http://www.insolente-veggie.com/ .
Aujourd’hui ses lecteurs assidus ou curieux peuvent lire ses textes illustrés en version papier puisque Insolente Veggie est éditée depuis 2015 aux éditions La Plage : Lien du Tome 1

 

C’est donc dans le cadre d’une rencontre auteur au Café Lecture des Augustes à Clermont-Ferrand que les fans et moins fans d’Insolente Veggie ont pu rencontrer l’âme du personnage qui n’est autre qu’une des facettes de la personnalité de son autrice. Ainsi Rosa nous a présenté sa démarche dans l’écriture qui s’apparente au fond à un défouloir personnel, une façon d’exprimer ses incompréhensions quotidiennes face à certaines remarques, blagues douteuses et arguments à demi réfléchis. C’est suite à des situations vécues ou de dialogues avec des personnes omnivores que Rosa transmet par le dessin et la BD les ressentis de moult véganes ainsi qu’une certaine vision -partagée- de l’éthique envers les animaux.

 

Insolente Veggie, ou plutôt son autrice Rosa, après nous avoir présenté son parcours de bédéiste, nous a parlé de sa vision personnelle de l’engagement militant antispéciste. Comment rendre le monde plus juste envers les animaux, en essayant de convaincre tout le monde de devenir végane ? Quelle manière de faire ? Le débat est ouvert et nombre de spécialistes de la pensée collective seront plus à même d’en parler que moi, malgré tout Rosa pense qu’on ne peut tout simplement pas amener les personnes à devenir végane, ou en tout cas, si son art permet indirectement de toucher la conscience de quelques uns : ce n’est que bienheureux ! Mais que cela n’est pas forcément le support de changement de conscience.
Quoi que l’on en pense, les textes et dessins d’Insolente Veggie sont forts et engagés, tout autant que leur autrice à laquelle je souhaite un lectorat toujours plus important au fil des années !

***************************************

 

Ludovic Sueur, photographe animalier, nous a également fait le plaisir de partager son travail avec nous ce soir. La patience et le respect des animaux sont ses maitres mots au quotidien. Observer les animaux a toujours été une passion pour cet homme et ce depuis l’enfance. Il en a fait son métier : capter les instants de vie quotidienne des animaux, sauvages comme domestiques. Son militantisme s’exprime dans des clichés captés en manifestations animalistes ou antispécistes, ou encore dans l’exploitation qu’il fait de ses photos -ou qu’il refuse de faire. En agence il contrôle les photographies qu’il souhaite vendre ou non car une belle vache dans son pré peut très bien être mise en avant pour une marque de l’industrie laitière par exemple, ce dont se garde bien Ludovic !

Couleur, noir et blanc, graphique, paysages… on rencontre différents styles chez Ludovic Sueur dont voici quelques aperçus :

https://www.ludovicsueur.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’approche de ce photographe végane et respectueux des animaux l’amène à prendre du recul dans la profession, il privilégie la photo en nature plutôt qu’en studio, essaie d’observer un maximum les habitudes de vie de ses sujets et photographie mais également de respecter leur environnement de vie. En se faisant lui même apprivoiser et accepter par les animaux, il peut parfois s’approcher à seulement quelques mètres d’un animal pour prendre ses clichés !

L’engagement de Ludovic Sueur l’amène à se poser des questions pertinentes sur le métier de photographe animalier comme le droit à l’image pour les animaux dans l’utilisation et l’exploitation des clichés, le respect des animaux et leur environnement… et le conduit à faire des choix parfois peu profitables pour son activité professionnelle. Cette posture d’humilité et le travail réflexif font de ces photographies un produit de militantisme tout autant que les livres d’Insolente Veggie.

 

Pour tout cela je suis heureuse d’avoir pu rencontrer ces deux créatifs engagés, qui montrent un talent, et un engagement qui redonnent l’espoir d’une société plus empathique et respectueuse de tous les habitants de la Terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.