Penser

Revue cinéma de janvier

Bonjour à tous et toutes !

Après quelques mois sans trop de visionnages ciné, me revoilà lancée en cette année 2019 avec l’envie de davantage de cinéma dans ma vie. Je vais donc vous partager mes récentes expériences cinématographiques et quelques avis succincts et subjectifs, qui peut-être vous aiguilleront dans vos choix.

Attache-moi – Pedro Almodovar (1990)

C’est l’histoire d’un homme un peu fou, qui séquestre une actrice pornographique dans l’espoir qu’à force elle tombera amoureuse de lui comme il en est d’elle -j’ai dis UN PEU fou. Moi qui ne connaît la patte Almodovar que de par son film La piel que habito (2011), je retrouve là incontestablement son parti pris stylistique et sa mise en scène du glauque. Je pense que c’est au fond le genre de film qu’on aime ou qu’on déteste.

Mais j’ai trouvé que malgré un synopsis somme toute assez peu original, la mise en scène est forte, et on s’imagine dans ce décor comme si l’on était dans la lecture d’un bon thriller : l’ambiance est gérée à merveille, mais faut-il encore accrocher au style Almodovar.

Moi qui avait peur de déprécier ce film par des avis extérieurs, j’ai vraiment passé un bon moment de cinéma.

The Artist – Michel Hazanavicius (2011)

On a beaucoup parlé de ce film à sa sortie. Je me suis souvent rappelée de le visionner et puis… j’ai fini par oublier. Récemment passé sur la chaîne Arte, j’ai pu bénéficier d’un bon replay en Haute définition et enfin voir ce film tant discuté il y a peu. J’aime beaucoup l’esthétique du noir et blanc et suis assez habituée également aux classiques du cinéma muet. J’ai apprécié ce parti pris, ce retour aux sources du cinéma : orchestres et jeux de théâtre mis en scène dans une « boîte à lumière » qu’est la caméra.

Mais il m’a semblé que le tout restait un peu fade, les plans sont beaux et suggestifs, mais au fond simplistes. C’est une comédie dramatique qui fonctionne -et j’ai quand même versé ma petite larme- mais sans grande prétention.

Get out – Jordan Peele (2017)

L’idée de départ est excellente et laisse présager un film de genre thriller haletant, mais le tout est un peu trop lisse à mon goût. Est-ce le fait que Get out est un film grand public avant d’être un film de genre, ou est-ce que j’ai sacrément trouvé le tout très « américain » avec une réalisation qui rappelle les feuilletons des années 90… Je ne saurais que dire, mais en fait, je reste vraiment sur ma faim avec ce film qui aurait pu être mille fois mieux pensé et réalisé il me semble. Bref, mettre en jeu des acteurs afro-américains ne fait pas tout un film, et on est bien souvent resté en dehors des aspects stylistiques et techniques de ce film dans les avis et analyses, pour rester sur le commentaire d’un personnage principal noir – oh gloire bien entendu- mais qui ne rajoute aucune dimension supplémentaire à un tout qui reste bancal.

Et voilà, c’était ma petite sélection du mois passé. En espérant vous avoir donné l’envie ou pas, de vous faire votre propre opinion à propos de l’un d’entre eux. Ce rendez-vous mensuel n’a pas de date programmée, mais il y aura chaque mois une nouvelle sélection de films que j’ai visionné, que cela soit à la maison ou au cinéma, et que je vous ferai partager sur Eudoxie.

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.