Penser,  Vivre

Le tabac et les tests sur animaux

Chers lecteurs,

Loin de moi l’idée de juger le comportement de chacun avec cet article ; au contraire celui-ci m’est principalement destiné. Il me permet de coucher par ces quelques lignes des idées refoulées par mon propre goût pour le tabac.

En effet on peut dire que je suis une addicte, ou une ex-addicte, même si on dit communément qu’un ancien fumeur reste un fumeur. En effet l’envie est toujours présente à l’esprit de l’ancien fumeur, malgré parfois les années d’abstinence.

Parfois malgré moi je ne résiste pas à l’envie d’une cigarette. Lorsque le moral n’est pas bon ou que je suis sur les nerfs. Cet article a donc pour objectif de me rappeler que le tabac est nocif pour la santé, c’est un fait, mais également pour les animaux. Nous oublions bien souvent les conséquences sur le plan éthique de la consommation de toxiques, quelles que soient les substances.

En espérant donc que le contenu de cet article vous aide à voir tout l’impact du tabac, et peut-être enfin dire stop, je vous souhaite une bonne lecture.

Dans l’histoire…

Pendant le XXe siècle de nombreuses études devaient montrer la toxicité des cigarettes pour l’homme : facteur aggravant de tumeurs et de cancers entre autres. Sans surprise c’est bien sûr des tests sur des animaux qui ont été utilisés pour faire les études scientifiques nécessaires. Des primates, chiens ou encore souris ont donc été forcés d’inhaler pendant des semaines, mois voir années de la fumée de cigarettes.

Ces tests étaient pratiqués par la recherche privée des vendeurs de tabac mais également par la recherche publique. Pendant de nombreuses années le tabac ne fut pas reconnu comme cancérigène car les scientifiques jugèrent que le comportement de ces animaux n’était pas comparable aux humains consommateurs de telles substances. Toutes les études menées étaient donc sans résultat exploitable !

Tout cela servit bien les lobbys du tabac qui inondaient à l’époque de spots publicitaires la télévision et autres médias papiers. L’industrie du tabac a pu continuer à vendre ses produits toxiques sans aucune contrainte et sans aucune prévention au public.

Aujourd’hui encore…

Les marques ont toujours eu recours aux tests sur les animaux. Quelques marques ont cependant renoncé depuis à de telles pratiques. Comme nous l’avons vu précédemment il s’agit pour ces marques de démontrer que leurs produits ne provoquent pas de maladies associées à leur consommation. Les animaux soumis à une inhalation massive de ces cigarettes développaient moins de cancers que les humains, notamment du poumon. Pourtant comme nous le savons tous, les données concernant notre espèce -la seule à vouloir consciemment inhaler es produits dangereux et nocifs- montrent bien une propension aggravée de maladies dans le cadre d’une consommation de tabac.

Ainsi, en continuant de fumer n’importe quelle marque de cigarettes, on continue d’encourager :

  1. Les firmes nuisant à la santé générale de la population
  2. L’expérimentation animale
  3. La dépendance à des produits toxiques inutiles

Trop difficile pour moi d’arrêter…

Si pourtant vous n’êtes pas prêt à arrêter de fumer, vous pouvez néanmoins vous tourner vers des alternatives véganes. Tout aussi toxiques mais excluant dans leur pratique les tests sur animaux. Il s’agit des marques suivantes :

  • Benson Dorées
  • El Che
  • Fleur du Pays
  • Grand Manitou
  • Pueblo
  • Yume
  • Sauvage

A vous de faire les bons choix en conscience à présent ! Et il en va de même pour moi quand mes envies semblent irrépressibles. Bien que j’espère encore dire stop au tabac et surmonter toutes les pulsions d’addicte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.